INFOPOL - Bureau d'analyses macro-economiques

Cession du prix de l’arachide à 150 f.cfa

La campagne de commercialisation de l’arachide 2007-2008, dont la date de démarrage n’a pas encore été arrêtée par le gouvernement, n’augure pas de bonnes perspectives. Les 40 F Cfa de subvention de l’Etat sur le kilogramme d’arachide lors de la précédente campagne 2006-2007, ce qui représentait une enveloppe globale de 8,2 milliards de F Cfa, ont été considérablement revus à la baisse pour la présente campagne. L’Etat pour cette présente campagne n’a prévu que 15 F Cfa sur le Kg. Avec cette nouvelle donne, la mort de la filière arachidière se dessine de plus en plus.

Le gouvernement aurait-il opté pour l’arrêt des subventions des filières agricoles, notamment de l’arachide ? Tout porterait à le croire avec la réduction drastique de la subvention accordée à l’Etat pour la présente campagne de commercialisation de l’arachide, dont la date de démarrage n’a pas encore été officiellement fixée par le gouvernement. Avec le prix officiel au producteur de 150 F Cfa qui a été arrêté à l’issue de la rencontre du Comité national interprofessionnel de l’arachide (CNIA), qui s’est tenu du 29 au 31 octobre 2007 à Saly Portudal pour fixer le prix de cession de l’arachide de l’arachide d’huilerie, la subvention de l’Etat pour cette campagne de commercialisation 2007-2008 n’a été que de 15 F Cfa.
Ainsi, comparé aux 40 F Cfa de subvention de l’année dernière sur le kilogramme d’arachide pour le même prix de cession, le prix fixé par le Cnia a été majoré de 35 F Cfa. En effet, de 110 F Cfa l’année dernière, le prix fixé par le Cnia est passé à 135 F Cfa cette année. Avec cette nouvelle donne, c’est un coup très dur vient ainsi d’être porté sur les revenus des producteurs de la filière arachide, déjà fortement éprouvés par les aléas de la vie.
L’objectif de collecte des huiliers de 285.000 tonnes d’arachides pour la campagne de commercialisation 2007-2008, est parti pour battre les records de contre performance. Les 200.000 tonnes prévues par le plus grand huilier de la place, en l’occurrence la Suneor, seront difficiles à atteindre, compte tenu de plusieurs facteurs exogènes et endogènes. Et le mutisme des deux autres huiliers, la Novasen et le Complexe agro-indutriel de Touba (CAIT), qui ne se sont pas aventurés à fixer des objectifs de collecte en dit long sur les incertitudes qui planent sérieusement sur la campagne de commercialisation 2007-2008.

Entre l’installation tardive de la pluviométrie et la précocité de son arrêt, de même que le retard constaté dans le démarrage de la mise en place des intrants agricoles (engrais, matériel agricole) et des semences insuffisantes, de même que la mauvaise qualité, tous les signaux sont au rouge dans le monde rural, notamment des perspectives de mauvaises récoltes. Si l’on y ajoute l’absence de dispositions par le gouvernement pour la sécurisation des opérations de collecte, de transport et de réception des graines, le manque de garanties sur la traçabilité de l’origine et des opérations d’achat des graines du point de collecte primaire au centre de réception agrée, le silence de la Suneor sur la sélection des opérateurs et mise en place des crédits "bridge loan" du pool bancaire local et des banques off-shore pour l’achat des graines, l’affectation des points de collectes et les propositions de financement, le bon déroulement de la campagne de commercialisation de l’arachide d’huilerie l’absence de dispositions par le gouvernement pour la sécurisation des opérations de collecte, de transport et de réception des graines, le manque de garanties sur la traçabilité de l’origine et des opérations d’achat des graines du point de collecte primaire au centre de réception agrée, pourrait être un leurre.

L’alerte du Cnia à l’endroit des producteurs, leur suppliant de ne pas exporter leurs graines d’arachides ou de ne pas les vendre aux spéculateurs du marché dit parallèle risque de ne pas prospérer si tous ces impairs ne sont pas corrigés dans l’urgence. Et le souci de l’équilibre financier de la filière et de protection du producteur de l’instabilité des cours mondiaux des produits arachidiers en vue de leur épargner de la pauvreté souvent avancé par le gouvernement risque de tomber dans l’oreille d’un sourd.
Rappelons que l’objectif de collecte de la campagne de commercialisation de l’arachide 2006-2007, qui avait démarré le vendredi 15 décembre 2006, était fixé à 205.000 tonnes. Sa répartition entre les trois huiliers de la place donnait respectivement 185.000 t à la Suneor, 15.000 t pour la Novasen et 5.000 t pour le CAIT. Le soutien au producteur avait consisté en une subvention de 40 F Cfa par kilogramme collecté, au niveau du point primaire, en complément du prix fixé à 110 F Cfa par le CNIA.

Source : Sudquotidien du 13 novembre 2007

14 novembre 2007

Toutes les actualités

Route des hydrocarbures, BP 3120 Dakar (Sénégal) | Contact | Informations sur le site | Plan du site |